Max Rippon

Max Rippon. Photo D.R.

Max Rippon est né le 29 février 1944 à Grand Bourg de Marie-Galante (Guadeloupe). Il se définit poète créolophone ayant mission de défendre et d’analyser les fondements culturels du monde de la créolité, son environnement naturel. Sa poésie s’exprime dans toutes les langues du bassin caraïbe. Il a inventé le racontage qu’il estime être sa façon originale d’écrire l’oral au rythme du pays, relatant ses réalités, ce que ne lui procure pas l’écriture du roman traditionnel qui ne colle pas assez, selon lui, à la cadence pays. Il dit ne pas habiter l’étroitesse d’une île, mais un continent insulaire dont les eaux et les rivages ne sont pas des ruptures de pays, mais des ponts turquoise qui enjambent le voisinage au rythme des marées et lie ces îles à la charpente commune de nos histoires. Max Rippon est un penseur et un passeur de mémoire reconnu dont les textes sont traduits en maintes langues d’ici et d’ailleurs.

Poésie
Pawòl naïf : recueil de textes libres, Grand-Bourg de Marie-Galante, Aïchi, 1987.
Feuilles de mots : recueil de pawol ordinaires suivi de Déotwa ti-parol nèf à usage de proverbes, Pointe-à-Pitre, Jasor, 1989.
Dé goût dlo pou Dada, Pointe-à-Pitre, Jasor, 1991.
Agouba, Pointe-à-Pitre, Jasor, 1993.
Rékòt : brisures de mots,Pointe-à-Pitre, Jasor, 1996. Préface de Maryse Condé. Écho plastique de Michel Rovelas.
Débris de silences, Pointe-à-Pitre, Jasor, 2004. Préface de Dominique Deblaine.
Morrina : quitter la rade, Pointe-à-Pitre, Jasor, 2011.
Pègmèl : trant lanné poézi kréyòl, Pointe-à-Pitre, Jasor, 2013

Récit
Le Dernier Matin, Point-à-Pitre, Jasor, 2003

Roman
Marie la gracieuse, Point-à-Pitre, Jasor, 2002
Six virgule trois : secousses à Terre-de-Bas : racontages, Point-à-Pitre, Jasor, 2006

Beaux livres
Marie-Galante : itinéraires. Avec des photographies de Gérard Delvecchio. Grand-Bourg de Marie-Galante, Aïchi, 1997.
Saccharhum. Avec des photographies de Alain Darré. Grand-Bourg de Marie-Galante, éditions DCA, 2018.

RECEVEZ NOTRE NESLETTER

Max Rippon au 38e Marché…

Jeudi 22 octobre 2020 / 20 h 30 / Périphérie #18

Samedi 24 octobre 2020 / 19 h / Marché de la Poésie