Nouveautés des éditeurs et des revues 2017

Je ne parle pas la langue de mon père

suivi de l'arabe comme un chant secret

Leïla Sebbar


Éditeur :Bleu autour


Livre

Langue d'origine :Français

Format :16,7 x 22,0 cm

Nombre de pages :288

Date de parution :09/01/2016

ISBN :9782358480529

Prix :26,00 €

Argumentaire :

Aquarelles de Sébastien Pignon
Préface de Marie-Hélène Lafon

Textes
Pierre Assouline
Martine Mathieu-Job
Mildred Mortimer
Manon Paillot
Rosie Pinhas-Delpuech
Nourredine Saadi

Je ne parle pas la langue de mon père et L’arabe comme un chant secret sont deux récits qui se répondent et donnent la clé de l’œuvre de Leïla Sebbar.
Ils témoignent de son obstination d’écrivain face à cette question pour elle lancinante, depuis l’Algérie coloniale où elle est née d’un père algérien et d’une mère française, jusqu’à Paris où elle écrit son père dans la langue de sa mère : comment vivre séparée du roman familial de « l’étranger bien-aimé » qui, par son silence, l’a tenue à distance ?
Cette question que l’exil exacerbe, peu l’ont explorée avec autant d’acuité que Leïla Sebbar dans ces récits devenus des classiques, ici réédités avec des textes d’écrivains et universitaires, des aquarelles de Sébastien Pignon et des images de sa mythologie affective.

Biographie ou Bibliographie de l'auteur :

Leïla Sebbar, qui a quitté l’Algérie pour la France en 1961, est née de parents instituteurs dans l’Algérie française, où les couples mixtes étaient l’exception. Romancière et nouvelliste, elle est aussi l’auteur d’ouvrages autobiographiques, en particulier L’arabe comme un chant secret et cet autre récit depuis longtemps épuisé, Je ne parle pas la langue de mon père, qui témoigne de la violence de l’histoire de l’Algérie durant la seconde moitié du XXe siècle.

JOINDRE VOS IMAGES (JPG UNIQUEMENT) / Max : 1 Mo