Nouveautés des éditeurs et des revues 2017

Légende de Zakhor

Pierre Autin-Grenier


Éditeur :Les Carnets du Dessert de Lune


Livre

Langue d'origine :Français

Format :14,0 x 16,0 cm

Nombre de pages :104

Date de parution :11/14/2016

ISBN :9782930607733

Prix :13,00 €

Argumentaire :

Traduits pour la première fois en anglais (pour d’éventuels lecteurs du Montana ou des kangourous de Sydney), on retrouve dans ces dix textes composant Légende de Zakhor, ce rythme et ce style si particulier de l’auteur de « Chroniques des faits » qui, en quelques mots, quelques phrases limpides nous entraine dans un monde où le fantastique se mêle aux rêves, folie côtoie sagesse, où le silence succède aux tempêtes, les paroles porteuses d’espoir à l’indifférence, la révolte à l’asservissement et sans cesse cette fidèle utopie d’un monde où le bleu ne serait plus une espérance mais un pays.
Couverture : Portrait de l’auteur par Shahda.
Édition quadrilingue. Traduit en anglais par Derek Munn, en allemand par Rüdiger Fischer en italien par Fabio Scotto.

Biographie ou Bibliographie de l'auteur :

Pierre Autin-Grenier est né un 4 avril du siècle dernier, à Lyon. Il vivait entre sa ville natale et Carpentras avant d’aller, le 12 avril 2014, voir si l’éternité est bien inutile. Prince de la chose brève et du désenchantement comme l’avait surnommé Martine Laval, ses livres ont paru chez L’arbre éditeur, L.O Four, Syros, Le Dé Bleu, Les Presses du Languedoc, Gallimard (L’Arpenteur), L’Arbre à Paroles, éditions du Ricochet, La Dragonne, éditions en Forêt/Verlag Im Wald, éditions du Chemin de Fer, Cadex, Finitude. Chez le même éditeur « Le poète pisse dans son violon », « Chroniques des faits », « Le poète pisse encore dans son violon ».

Le peintre : Né au Caire en 1929, Shahda y étudie les Beaux-Arts. Il arrive à Paris en 1955, puis s’installe dans le Vaucluse en 1956. Il expose à Marseille, Avignon, Paris. Première rencontre avec Pierre Autin-Grenier en juin 1974. En 1975 la vie de Shahda est bouleversée par la maladie. D’alerte en répit, Shahda construit son œuvre. Il s’éteint à l’hôpital d’Aix-en-Provence le 28 août 1991.

JOINDRE VOS IMAGES (JPG UNIQUEMENT) / Max : 1 Mo