Nouveautés des éditeurs et des revues 2017

De la marchandise internationale

Daniel Fano


Éditeur :Les Carnets du Dessert de Lune


Livre

Langue d'origine :Français

Format :14,0 x 20,0 cm

Nombre de pages :84

Date de parution :02/13/2017

ISBN :9782930607894

Prix :12,00 €

Argumentaire :

Patricia Bartok n’est pas la seule à changer de sexe à volonté. Rita Remington rétrécit de quelques centimètres. Rosetta Stone a sorti ses fleurs artificielles. Colonel Fawcett effectue un de ces sauts périlleux dont il a le secret. Major Osiris Walcott vient de froisser le col de sa veste. Inspecteur et Flippo se prend pour un personnage de série télévisée. Jimmy Ravel sait ce qu’il faut faire pour égarer les philosophes. Et Monsieur Typhus ? Il se pourrait qu’il apparaisse à l’occasion comme un phénomène de foire bicéphale. Ils sont à Londres, Cuba, Berlin, Belgrade, Bagdad, Kaboul, Kinshasa, Macao, Moscou et même Copenhague entre 1967 et 2010. Dans notre société liquide, ces exterminateurs-là ne meurent jamais longtemps.
Note :
Monsieur Typhus est un des personnages de Made in USA, film de Jean-Luc Godard sorti en 1966, très libre adaptation d’un roman de Richard Stark, Rien dans le coffre, lequel appartient à la série Parker, où l’auteur a supprimé systématiquement tout ce qui pouvait ressembler à de l’émotion. Mon Typhus, froid, méthodique, efficace, dont on ne connaîtra jamais le « vrai nom », est précisément inspiré du Parker de Richard Stark (En coupe réglée, Travail aux pièces, Planque à Luna-Park) mais aussi du Reiner/Raner de Claude Klotz (Alpha-Beretta, Dolly-Dollar, Tchin-tchin Queen). La lecture du polar californien glacé Diamondback de Jacques Monory n’a bien sûr pas été sans produire ses effets. Typhus est tantôt un voleur professionnel, tantôt un tueur à gages, tantôt un mercenaire, un justicier, un espion ou un contre-espion. Autour de 1980 (cf. Souvenirs of you et Chocolat bleu pâle), il copie un peu trop le Serge Godorish imaginé par Daniel Odier alias Delacorta (Nana, Diva, Luna). Je l’appelle « Typhus » pour toute la période de sa vie qui court jusqu’à fin 1980 : au-delà, il est « Monsieur Typhus ».
Apparu en 1977 ou 1978, Typhus fait équipe avec Rita Remington (je venais d’utiliser ce pseudonyme pour signer quelques articles de propagande féministe). Jimmy Ravel et Patricia Bartok forment un duo dès leur création en 1980 (dans Un Roman raté, extraits publiés dans le n°47 de la revue Minuit). Major Osiris Walcott vient ensuite : il trouve son origine dans le Jerry Cornelius de la bande dessinée Le Garage Hermétique de Moebius (qui lui-même l’a emprunté au grand auteur de science-fiction Michael Moorcock). Suivront Colonel Fawcett (homonyme de l’explorateur britannique disparu en 1925 en recherchant une cité mythique perdue dans le Matto Grosso) et Inspecteur et Flippo (clin d’œil au Mister Bradley Mister Martin de William S. Burroughs). Rosetta Stone est la dernière venue en date : elle est supposée décrypter les messages codés les plus retors mais elle a bien d’autres capacités. Ce ne sont pas des héros et héroïnes classiques, et pas non plus des caractères : ils changent constamment de physique (de sexe, d’apparence), de comportement, passent d’une idéologie à l’autre, ce sont comme des acteurs qui enchaînent des rôles, qui incarnent ou combattent la sauvagerie fondamentale de l’homme (et de la femme) de plus en plus banalisée dans notre société de consommation (de colonisation) ultime. Dans la trilogie Le Privilège du fou/Sur les ruines de l’Europe/La Vie est un cheval mort, ils tentent en vain de rivaliser avec les tueurs les plus cruels et sanguinaires de l’Histoire contemporaine.

Biographie ou Bibliographie de l'auteur :

Daniel Fano. Né en 1947. Écrivain depuis 1966, encouragé par Joyce Mansour, Henri Michaux et Dominique de Roux. Révélé par Marc Dachy en 1973, il est d’abord publié par Transédition et dans la mythique revue Luna-Park. Auteur d’un livre dit « culte », Un Champion de mélancolie (Éditions Unes, 1986). De la marchandise internationale est son septième livre aux Carnets du Dessert de Lune.
Jean-François Octave. Né en 1955. Études d’architecture à La Cambre, Bruxelles. Collabore au magazine Soldes-Fin de Série. Réalise pochettes, posters et dessins pour les Disques du Crépuscule/Factory Benelux. Bifurque vers les arts plastiques, expose à New York, Paris, Copenhague, représente la Belgique à la Biennale de Venise en 1986. Professeur de l’atelier Images dans le Milieu à l’E.S.A. Arts² à Mons.

JOINDRE VOS IMAGES (JPG UNIQUEMENT) / Max : 1 Mo