Nouveautés des éditeurs et des revues 2018

Rien qu'une collision de mots

Ivan AKHMETIEV


Éditeur :ERES / PO&PSY


Livre

Langue d'origine :Russe - traductrice : Christine Zeytounian-Beloüs

Format :10,5 x 15,0 cm

Nombre de pages :90

Date de parution :07/01/2018

ISBN :9782492256252

Prix :12,00 €

Argumentaire :

Les textes d’Akhmetiev sont brefs, très brefs même, son langage est simple, évident, souvent ancré dans le quotidien. Des phrases de tous les jours saisies au vif prennent sous sa plume une dimension autre. Ces miniatures sont parfois une réponse – ou une non-réponse – à une question absente mais qu’on devine aisément. Vsevolod Nekrassov a comparé l’œuvre d’Akhmetiev à une série de « points de condensation » qui ne s’inscrivent dans aucun système imposé. Chaque texte demeure totalement autonome, mais regroupés, ils interagissent aussitôt : on y perçoit des échos, des dialogues, tout un microcosme dont ils sont les fragments intimes, « des bouts de vie, des bouts de paroles » comme les caractérise l’auteur, « fragments de quelque chose d’immense que je n’ai pas la force d’écrire ». Ils incitent à la réflexion, parfois au sourire, et leur écriture suspendue (le poète Mikhaïl Aïzenberg y voit d’ailleurs un témoignage de l’air lui-même) se poursuit dans un vide qui n’en est pas un et dans le silence qui forme la trame de l’œuvre d’Akhmetiev.

Les poèmes regroupés dans ce recueil, dont le titre s’inspire d’un recueil publié en 1993, sont tirés de différentes publications et leur écriture s’étend sur une trentaine d’années. L’ordre n’a rien de chronologique mais repose sur des concordances qui se sont imposées d’elles-mêmes.

Biographie ou Bibliographie de l'auteur :

Le parcours d’Ivan Akhmetiev, né à Moscou en 1950, est moins atypique qu’il n’y paraît pour un poète russe de son temps. Après des études de physique, il travaille brièvement dans un institut de recherches avant de tout abandonner pour se consacrer à la littérature à laquelle il s’initie en autodidacte. Il fréquente alors les milieux dissidents et subvient à ses besoins en devenant tour à tour boulanger, pompier chargé de la protection anti-incendie au musée de Kouskovo, gardien, concierge et chauffagiste. En décembre 1978, Akhmetiev prend part à une manifestation en faveur des droits de l’homme. Il est victime d’’un internement psychiatrique forcé en 1979. En 1984, il trouve un emploi de bibliothécaire. Après la perestroïka, il exerce des activités de traducteur et de rédacteur. Dès 1991, quand le milieu de l’édition devient plus libre, il s’emploie à publier la littérature clandestine de la période soviétique. Son œuvre de découvreur et d’anthologiste lui vaut de recevoir en 2013 le prix Andreï Biely « pour services rendus à la littérature russe ».
Akhmetiev écrit depuis l’adolescence. Sa rencontre avec Vsevolod Nekrassov, le « pape » du minimalisme russe, joue un rôle majeur dans sa vie. Ses poèmes, d’abord diffusés en samizdat, sont aujourd’hui régulièrement publiés. Outre de nombreuses parutions en revue, il est l’auteur des recueils : Miniatures (1990), Des poèmes et rien que des poèmes (1993), Neuf ans (2001), Amores (2002) et Ce n’est rien ça passera (2011). Il a été traduit en anglais, arménien, bulgare, hongrois, espagnol, italien, allemand, polonais, roumain, serbe, slovaque, croate, tchèque et désormais français.

Ivan Akhmetiev est l’un des représentants les plus connus du minimalisme russe contemporain dont Vsevolod Nekrassov (1934-2009) a été le principal inspirateur et auquel on peut rattacher d’assez nombreux poètes, dont Alexandre Makarov-Krotkov, Guerman Loukomnikov, Tatiana Danilyants, Mikhaïl Niline, Boris Kotcheïchvili.

JOINDRE VOS IMAGES (JPG UNIQUEMENT) / Max : 1 Mo