Antònia Vicens

Antònia Vicens. Photo Jaume Muntaner

Antònia Vicens, née à Santanyí (Majorque) en 1941, écrit des romans, des récits et de la poésie. Elle s’intéresse dès son enfance aux mots et à la langue utilisée dans son entourage. Lecteurs et critiques la définissent comme une auteure tenace, pour laquelle la femme, la solitude et la terre sont des thèmes récurrents. Après un long parcours comme romancière, Vicens a fait son entrée dans la poésie catalane il y a dix ans avec Lovely (2009), (traduit en français par François-Michel Durazzo aux éditions Lanskine en décembre 2020). Puis, elle a publié :
Sous le parapluie le cri (2013)
Froid aux yeux (2015)
Tous les chevaux (2017)
Elle est devenue aujourd’hui un point de référence incontestable pour les lecteurs et les nouvelles générations de poètes. Ce parcours a été récompensé en 2016 par le prix national de culture de la Generalitat de Catalunya et par le prix Josep M. Llompart de l’Obra cultural Balear, puis en 2018 par le prix national de poésie du Ministère espagnol de la culture.
Sa poésie est un moyen de revenir aux sources originelles de l’esprit, au silence et à la source du langage. La parole porte en elle un sens sacré et atavique de l’existence qui fait surgir la face cachée des choses. Les sentiments se font chair, la parole trace d’amour et de consternation, souvenirs d’enfance éclairés par la douleur, parfois traversés par un merveilleux visionnaire, un rêve surréaliste ou une sorte de réalisme magique qui contient tout. On peut écouter Antonia Vicens lire une dizaine de ses poèmes sur la plateforme Lyrikline, avec le texte traduit dans une dizaine de langues :

https://www.lyrikline.org/fr/poemes/dembriaguesa-13756

Antònia Vicens au 38e bis Marché…

dimanche 24 octobre / scène du Marché