Anne Portugal

Anne Portugal. Photo D.R.

Anne Portugal, poète et traductrice, a écrit une douzaine de livres, publiés pour la plupart aux éditions P.O.L., tels que De quoi faire un mur (1987), Le plus simple appareil (1992), définitif bob (2002) ou la formule flirt (2010), et chez d’autres éditeurs en parlant de salut public, éditions ink (2011), Voyer en l’air, éditions de l’Attente (2001), et les gens contents de se baigner, éditions rup&rud/ L’attente » (2010), fichier, éditions Michel Chandeigne (1992) et la licence, qu’on appelle autrement parrhésie, éditions Gallimard (1980). Elle a traduit “Paramour” (P.O.L. 2010) de Stacy Doris, en collaboration avec Caroline Dubois, et “Meddle English “de Caroline Bergvall, avec Abigail Lang et Vincent Broqua, à paraître en 2017, aux Presses du réel. Anne Portugal s’intéresse à la syntaxe, ou plus précisément à la « fantaxe », en cherchant à produire des effets de déliaison, de sauts, d’accélération et de ralentissement. Elle s’amuse à déconstruire les lieux communs de la poésie. Dans la formule flirt, Anne Portugal associe la poésie au flirt et la définit comme « un art de ne pas y toucher ».

Anne Portugal au 38e Marché…

Mardi 27 octobre 2020 / 20 h / Périphérie #20