Nouveautés des éditeurs et des revues / 2020

Cliquez sur l’entrée pour plus d’infos

SI PROFONDE EST LA FORÊT

Anthologie de la poésie des Tang

Guomei CHEN


  • Joindre la couverture
  • Joindre la couverture


Éditeur :Les Deux-Siciles


Livre

Langue d'origine :Chinois

Format :18,0 x 24,0 cm

Nombre de pages :280

Date de parution :15/09/2020

ISBN :9782849910238

Prix :25,00 €

Argumentaire :

« Une grue s’envole parmi les nuages blancs »… « Au printemps, les rivières sont plus bleues que le ciel »… « La pluie matinale humecte la poussière de la route »…« Les fleurs tombées du pêcher s’en vont au loin, au fil du ruisseau »…

De ces quelques citations, au gré des pages, on aura tout de suite reconnu l’origine, il n’y a que la poésie chinoise d’autrefois pour parler ainsi, en particulier celle de la période où régna la dynastie Tang (618-907), trois siècles d’un exceptionnel renouvellement comme l’histoire littéraire, en Extrême-Orient et en Occident, en a montré fort peu : ils virent naître Li Bai (Li Po), Du Fu (Tou Fou) et Wang Wei, les plus célèbres, mais l’anthologie que vient de traduire et de présenter Guomei Chen nous en révèle bien d’autres, hommes et femmes, Wang Bo, Hanshan, Meng Haoran, Yu Xuanji notamment. Seuls, les lecteurs distraits prétendront que ces poètes se ressemblent : c’est l’un des grands mérites de cette anthologie, elle nous fait découvrir à travers la constance des thèmes et des images, leur inépuisable diversité.

Pierre Dhainaut

Biographie ou Bibliographie de l'auteur :

Après une Maîtrise d’Anglais à l’École Normale Supérieure du Hubei, en 2005, Guomei CHEN a poursuivi ses études en France où elle a obtenu une Licence puis un Master en Sciences du langage à l’Université de Lorraine. C’est sous la direction d’André Petitjean qu’elle a suivi ensuite deux années de Doctorat consacrées au théâtre de Bernard-Marie Koltès. Parallèlement à ses études, elle s'est spécialisée dans la traduction de la littérature chinoise en français. Depuis 2012, elle a eu à cœur de traduire la poésie Tang pour la revue "Diérèse".