Nouveautés des éditeurs et des revues / 2020

Cliquez sur l’entrée pour plus d’infos

Lire serait voir l'intérieur du déplacement

Rémi Bouthonnier


Joindre la couverture


Éditeur :Éric Pesty Éditeur


Livre

Langue d'origine :française

Format :22,0 x 14,0 cm

Nombre de pages :24

Date de parution :11/01/2019

ISBN :978-2-917786-58-1

Prix :9,00 €

Argumentaire :

Où l'intensité de la lecture n'a d'égale que la densité des oeuvres envisagées.

Cette réciprocité du lire-écrire forme précisément le moteur de son nouveau livre de création : Lire serait voir l'intérieur du déplacement qui dessine, dès son titre, l'effet d'une lecture sur l'écriture (« Maniant la rupture et la dépouillant, comme pour en témoigner... ») opérant par fragments, par juxtaposition ou association d'énoncés.

A propos de fragment, on pourra se référer à ce qu'écrit d'Emmanuel Hocquard :

« Ce qui peut aussi dérouter, dans les textes qui suivent, c'est leur caractère souvent discontinu, fragmentaire. Il faut donc s'arrêter un moment à cette notion de fragment.

« Dans l'acception courante du terme, le mot fragment évoque un morceau, un bout, un débris, un reste. Il renvoie à quelque chose qui a été autrefois entier, qui a été brisé et dont il ne reste que des morceaux. Un fragment de vase ou de fresque, par exemple.

« La question qui peut se poser ici est de savoir comment s'y prendre avec ce qui a toutes les apparences de morceaux de phrases, de filaments de discours, de propositions flottantes, etc. L'erreur serait de penser que pour en saisir le sens, nous aurions besoin de savoir de quel contexte caché (ou perdu) ils sont les fragments, faute de quoi nous resterions dans le brouillard.

« En fait, ces propositions, écrites noir sur blanc, sont à regarder comme autonomes et ne renvoient plus à aucun contexte préexistant. Elles sont comme les souvenirs, imprévisibles dans leur façon de surgir et de s'associer. La mémoire non plus n'est jamais linéaire. Elle procède par bonds, dans le plus grand désordre. Et quel est le sens d'un souvenir ? Un souvenir n'est ni sensé ni insensé. C'est “un instant de conviction” au présent. Nous n'en passons pas moins notre vie à fabriquer des connexions entre nos souvenirs. Qu'est-ce qui garantit le sens de ces connexions ? Notre sincérité. »

Emmanuel Hocquard, Tout le monde se ressemble,
Une anthologie de poésie contemporaine, P.O.L, 1995

Biographie ou Bibliographie de l'auteur :

Né en 1972, Rémi Bouthonnier est poète, traducteur et critique.

Lecteur intransigeant, Rémi Bouthonnier a publié chez Éric Pesty Éditeur une étude en ligne sur l’œuvre de Philippe Grand (Bulletin n°6) ainsi que, dans la collection agrafée en 2015, le livre « Je vous dis en écho » consacré à l’œuvre d'Anne-Marie Albiach.

Où l'intensité de la lecture n'a d'égale que la densité des œuvres envisagées.

Reprenant à Michèle Cohen-Halimi et Francis Cohen le terme d'intensif, nous aimerions l'utiliser ici pour caractériser un mode d'intériorisation de la lecture dans l'ordre de l'écriture : où l'écriture apparaît toujours déjà comme un effet de la lecture, sans en exclure l'importance d'une rencontre avec le réel. – Modalité d'écriture qui aurait en outre la vertu d'ouvrir une place inédite au lecteur du texte advenu dans la mesure où (symétriquement inverse au retrait de l'auteur) aucune place ne lui serait assignée d'emblée.

Cette modalité singulière du lire-écrire, cette réciprocité exacte, forme précisément le moteur et l'enjeu du nouveau livre de création de Rémi Bouthonnier : Lire serait voir l'intérieur du déplacement qui dessine, dès son titre, l'effet d'une lecture sur l'écriture (« Maniant la rupture et la dépouillant, comme pour en témoigner... ») opérant par fragments, par juxtaposition ou association d'énoncés.

Bibliographie :

- Le gémissement, éditions Unes, 2000.
- Entre-corps, Les ennemis de Paterne Berrichon, 2004.
- Métamorphoses du piano, Nous « disparate » 2012.
- « Je vous dis en écho », Éric Pesty Éditeur, 2015.
- Lire serait voir l'intérieur du déplacement, Éric Pesty Éditeur, 2019.

Traduction de Cole Swensen : Nef, Les Petits Matins « Les Grands Soirs », 2005.