Nouveautés des éditeurs et des revues / 2021

Rubrique en cours

Cliquez sur l’entrée pour plus d’infos

ANOSTKÉ

Christophe SEGAS


Joindre la couverture


Éditeur :éditions du Chemin de fer


Livre

Langue d'origine :français

Format :12,0 x 18,0 cm

Nombre de pages :96

Date de parution :20/10/2021

ISBN :9782490356287

Prix :14,00 €

Argumentaire :

Les plus vieilles chroniques de la ville d’Eusthènes racontent comment, mille ans auparavant, la déesse Anostké a fait son apparition aux portes de la cité et s’est emparée de la ville pour y imposer ses lois en faisant bâtir aux habitants une Arche qu’il leur faudra adorer.
Mille ans plus tard, alors que l’Arche et les commandements d’Anostké ne sont plus qu’un folklore qui n’impressionne guère, les gardes aperçoivent une silhouette qui s’approche des portes d’Eusthènes : la déesse est revenue. Si les adultes résistent, les enfants sont hypnotisés et se rangent les uns après les autres aux côtés de la déesse, contre leurs parents…
Les textes de Christophe Ségas sont des miroirs déformants qui se nourrissent de nos peurs, de nos travers pour pointer la folie de nos sociétés déviantes.
Après Hors le bourbier qui revisitait de manière opulente le mythe du créateur tout puissant, mi-démiurge, mi-diable, il y a eu Le théâtre des oiseaux qui, sous couvert de fable grotesque, dénonçait le consumérisme forcené et l’annihilation de l’individu dans nos sociétés du spectacle.
Avec Anostké, Christophe Ségas s’attaque frontalement, mais de façon toujours aussi loufoque et drôlatique, au sectarisme et à la dévotion, à l’obscurantisme religieux qui nie toute humanité aux humains.

Biographie ou Bibliographie de l'auteur :

Christophe Ségas est né à Bordeaux en 1975. Il a grandi dans les Landes. Il vit actuellement à Albi.
De livre en livre, Christophe Ségas trace un sillon bien particulier dans le paysage littéraire. C’est avec une langue affutée et un style aussi précis qu’incomparable qu’il traque les perversions et les dérives de notre humanité en inventant des contes étranges, des dystopies un peu folles mais, en définitive, bien moins farfelues qu’il n’y paraîtrait à un lecteur inattentif.