Les États généraux de la Poésie

# 02, 2018, le devenir du poème

Une deuxième étape 

Comme vous le savez, pour y avoir éventuellement participé, cela fait maintenant un an que le Marché de la Poésie a inauguré les États généraux de la poésie avec pour ambition de faire, dans la mesure des possibles, le point sur l’état du poème et de la poésie aujourd’hui.

Sous l’intitulé « La visibilité du poème », un premier état des lieux s’est ainsi dessiné, dont vous pouvez retrouver l’enregistrement de l’ensemble des tables rondes 2017 sur notre site (http://www.marche-poesie.com/enregistrements/).

Cette année, nous vous proposons d’approfondir notre démarche en interrogeant « le devenir du poème ».

Certes, rendez-vous critiques et lectures alimenteront à la fois la Périphérie et la scène du prochain Marché de la Poésie. Toutefois, sachant que l’activité des uns et des autres se poursuit constamment et ne se limite pas aux différents temps institutionnels, nous revenons dès maintenant vers vous pour vous solliciter : nous souhaitons aujourd’hui rassembler et faire converger les éléments de réflexion, les questions qui vous tiennent à cœur, sans pour autant que vous ayez de certitudes, mais pour le moins des envies et/ou des propositions.

Dire ce à quoi vous tenez, ce que vous voulez promouvoir ; donner connaissance de votre activité, de vos réussites aussi bien que des obstacles que vous rencontrez, voici ce que nous vous proposons de faire. Tous ces éléments de réflexion seront d’un irremplaçable apport dans le débat des États généraux.

Ainsi, si vous désirez faire part à tous de vos idées, voire de vos griefs, nous vous proposons de les accueillir, d’en faire une synthèse sous forme d’un document ouvert qui sera mis en débat pour éventuellement être communiqué, le moment venu, à différents partenaires institutionnels.

Nous n’appelons pas à la rédaction de cahiers de doléances, selon une tradition qu’il nous semble justifié de renouveler. Mais, rassembler, dans leur singularité et diversité, nos communes convictions, nos idées critiques, nos ouvertures novatrices, c’est instruire le champ des utopies poétiques aujourd’hui nécessaires à la pérennité de la poésie dans notre société.

C’est poser la question du devenir du poème.

L’adresse mail du Marché de la Poésie vous est ouverte : contact@marche-poesie.com

yVES bOUDIER                         vINCENT gIMENO-pONS
président de c/i/r/c/é                délégué général du Marché de la Poésie