Michel Collot

Photo : Jean-Marie de Samie

Michel Collot a commencé à lire et à écrire de la poésie à un moment où la scène poétique et poéticienne étaient dominées en France par le structuralisme et le textualisme. Il s’est tourné vers la phénoménologie pour élaborer une alternative critique et théorique, notamment dans L’Horizon fabuleux (Corti 1988), La poésie moderne et la structure d’horizon (PUF 1989), La Matière-émotion (PUF, 1997), Paysage et poésie (Corti, 2005) et La Pensée-paysage (Actes Sud, 2011). Dans ses essais comme dans ses poèmes (Chaosmos, Belin, 1997, Immuable mobile, De chair et d’air, La Lettre volée, 2002, 2008 et 2018 ; L’Amour en bref, Tarabuste, 2013), le travail sur la langue apparaît inséparable du mouvement d’une émotion qui porte le poète à la rencontre du monde et de l’autre. Publications récentes : Le Parti pris des lieux (La Lettre volée, 2018) Sujet, monde et langage dans la poésie moderne (Classiques Garnier), Le Chant du monde dans la poésie française contemporaine (Corti, 2019).

Michel Collot au 37e Marché…